Ratings

All Time Rating : 70% ★★★★
3.5 out of 5 (Based on 6 Reviews)
30 Days Rating : 0% ★★★★★
No reviews found
3 Months Rating : 0% ★★★★★
No reviews found
6 Months Rating : 0% ★★★★★
No reviews found
12 Months Rating : 0% ★★★★★
No reviews found
* Ratings & Reviews last refreshed on 2016-07-12 (see below)

Price History


Recent Reviews

★★★★★ [ Translate ] Johny Depp Glaçant L'interprétation de Johny Depp (absolument méconnaissable) est impressionnante! C'est un monstre de glace et de sang. Mais ça défouraille un peu trop. carpe diem ( FR ) on Wed 4th May, 2016

★★★★★ [ Translate ] "Dangereuse Alliance" !! Johnny Deep est ''strictement criminel'' en endossant le rôle de James J. Bulger alias « Whitey » Bulger, gangster irlandais à l'origine de l'organisation criminelle de «Winter Hill» sévissant à Boston dans les années 70 et 80. Bulger défraye la chronique en s'alliant avec l'agent du F.B.I, John Connelly (Joël Egderton) un ami d'enfance pour faire tomber la mafia italienne. Scott COOPER, par le biais d'une reconstitution magnifique des Seventies et Eighties, périodes bénies de tous les gangsters, traite d'une alliance contre-nature grâce à laquelle, Bulger (méconnaissable Johnny Deep) s'ouvre les portes du pouvoir absolu dans une ville rongée par la corruption. Avec une immunité quasi-intégrale, « Whitey » Bulger va asseoir sa suprématie et assouvir sa soif de violence. Qui sont les véritables criminels, ceux qui agissent ou bien ceux qui détournent le regard ? Scott COOPER dresse un portrait peu réjouissant d'une police censée «protéger et servir», mais servir qui ? Un film sous forme d'interrogations porté par un très grand Johnny DEEP dont le rôle rappelle celui de «BLOW» ou «DONNIE BRASCO» et pour l'accompagner : Joël EGDERTON («WARRIOR»), Kevin BACON («SLEEPERS») ou encore Benedict CUMBERBATCH («SHERLOCK»), un casting quatre étoiles pour un thriller palpitant tiré de faits réels !! RAPH ( FR ) on Sun 10th Apr, 2016

★★★★★ [ Translate ] Film Noir.. Plus proche par son style froid, presque détaché, de THE ICEMAN que des films de SCORCESE (et surtout LES INFILTRES) auquel le sujet fait souvent penser ,ce biopic d'un terrifiant caïd de Boston est sorti de la banalité par la prestation glaçante de Johnny DEPP.Abandonnant rapidement au début du récit les clichés habituels du genre définis par le PARRAIN ( les tueurs les plus implacables aiment leur fils et leur vieilles maman ), le film se concentre sur l'amitié/complicité qui va unir pendant des années un membre du FBI et un criminel ambitieux.Vieilli et impassible, DEPP fait de ce gangster une sorte de monstre blafard dépourvu de pitié et de remords, son maquillage et son jeu le font ressembler à une sorte de vampire assoiffé de sang et les autres interprètes ont du coup un peu de mal à exister à côté de lui qui impose une présence maléfique indéniable dès qu'il apparaît. Le titre "français" reprend une phrase du dialogue qualifiant J.BULGER alors que le titre original avait d'ailleurs une implication religieuse.Ce type d'histoire a été racontée bien des fois; c'est la performance hallucinée de Johnny DEPP qui fait la différence et élève le film au dessus de la moyenne du genre. L'unique bonus du DVD est d'ailleurs consacré à son travail de préparation pour le rôle. Eric ( FR ) on Thu 7th Apr, 2016

★★★★ [ Translate ] Cinema... Je dois avouer ne pas connaitre l'histoire de Jimmy avant ce film, je ne peux donc pas juger si celle-ci est conforme à la réalité.Je donne mon avis sur l'oeuvre et le support.Le film dure 2h, et malgré quelques longueurs on reste captivé jusqu'à la fin. Non, ce n'est pas un film de gangsters. C'est un film plus psychologique, sans véritable fil conducteur ou scénario. Il relate une partie de l'histoire de Jimmy Bugler, point.Qu'on aime ou pas le personnage, il faut avouer que Johny Deep livre une magnifique interprétation!L'ensemble se tient et le film ne juge pas, il relate des faits.Pour ma part, j'ai bien aimé.Côté support, on est sur une image perfectible et sur une VO bien mixée avec une belle musique répartie sur les 5.1.Rien d'exceptionnel mais rien de rédhibitoire non plus.A noter que j'ai vu la version Allemande, sortie il y a 2 mois à 12.99€.... Mathieu G. ( FR ) on Sun 20th Mar, 2016

★★★★★ [ Translate ] Comment Une Biographie Exceptionnelle Devient Un Film Policier Commun Uniquement Sauvé Par L'interprétation De Johnny Depp L'intrigue de ce film, telle que nous la présente le réalisateur Scott Cooper et ses scénaristes Mark Mallouk et Jez Butterworth, bien qu'adaptée de l'histoire vraie du criminel James "Whitey" Bulger, est déjà vue. Car ce film en passant à côté de la véritable histoire de Bulger nous cantonne à la vie ordinaire d'un gangster ordinaire, dans la ville toute aussi ordinaire de Boston (pour la connaitre je peux dire qu'on s'y ennuie !) Vous ne verrez donc rien d’extraordinaire dans ce film, sinon des lieux communs déjà vus même dans les plus mauvais « Starsky et Hutch », et des dialogues entendus que l'on retrouve dans tous les films du genre. On passe de bistros sordides à des parkings de Safeway minables pour nous montrer des situations de pure violence comme dans n'importe quel téléfilm policier. Le réalisateur passe totalement à côté de la véritable histoire de Bulger qui pouvait être un sujet passionnant à traiter, pour nous servir une soupe déjà goûtée et sans saveur particulière qui se limite dans sa biographie à sa période chef de gang dans les années 70 où il tue à profusion. On retombe dans tous les clichés du genre : le chef de gang sans morale, la complicité au sein de la police, les rivalités de gangs, les coups de gueules entre policiers…Pourtant le passé de Bulger en faisait un criminel d’exception, car il a été formé par la CIA dans le cadre du programme MKULTRA. Pour cette situation particulière, sa biographie méritait un tout autre traitement par un réalisateur talentueux qui serait animé d’une soif de vérité. Scott Cooper est loin d’en avoir l’étoffe ! Mais tout le monde n’est pas Orson Wells, Stanley Kubrick ou Oliver Stone…Seule la remarquable interprétation de Johnny Depp mérite l’achat de ce DVD, car il incarne parfaitement le psychopathe type auquel le cinéma américain nous a habitués. Enfin, les USA ont les héros qu'ils peuvent... Son excellente interprétation (malgré le registre limité qu'on lui a donné) alliée à son grimage, auquel ses verres de contact bleus ajoutent beaucoup pour lui donner un regard étrange de grand squale, en font une copie conforme physique voir charnelle de Bulger. Depp fait froid dans le dos. Il a d'autant plus de mérite d'avoir réussi son interprétation qu'on ne nous dit pas d'où vient cette personnalité froide et macabre ; il serait né comme ça, puis façonné par son milieu... ridicule ! Et bien en deçà de son réel vécu qui méritait d'être mis en avant par les millions de dollars investis dans cette production.On occulte totalement son parcours et c'est pourtant là que le film aurait pu se démarquer des milliers d'autres du genre. Il eut été tellement plus intéressant de retracer sa jeunesse en approfondissant son portrait psychologique pour nous expliquer comment le gouvernement américain a fait d'un petit délinquant un grand psychopathe. Car Bulger est une victime du projet MKULTRA, qui lancé, dans les années 60 et continué dans les 70 par la CIA et le MI16, recrutait soit de force des citoyens ordinaires (voir le cas Julian Assange le soit disant père de WikiLeaks - pur produit de désinformation de la CIA - "kidnappé" enfant par la secte "The family" d’Anne Hamilton-Byrne à Melbourne qui était un agent en charge du programme MKULTRA) soit des repris de justice contre remise de peine. C'est à cette époque, lors de son passage à la prison d'Atlanta, que Bulger fut pendant des années, jour après jour, gavé d'électrochocs, de psychotropes, de manipulation mentale de LSD (comme le fut Assange enfant à l'âge ou on aurait dû lui donner des pains au chocolat) pour le reformater mentalement. Car la finalité du projet MKULTRA était de reprogrammer des individus normaux mais vulnérables après leur avoir lavé le cerveau pour en faire des machines dociles programmées pour obéir à des ordres qu'aucun être humain ne serait moralement capable d'accomplir (comme tuer un proche sans motif après avoir entendu certains mots prononcés au téléphone). On a du mal à imaginer que la CIA après des années de formation investies et dispensées à cette école du crime ait laissée son rejeton JJ Bulger seul dans la nature sans continuer de le suivre de près sur le terrain. Sa carrière de bandit ayant décollé après sa sortie de prison anticipée pour sa participation active au programme, on peut penser à juste titre que sa promotion est due à la mise en pratique de la formation MKULTRA par son employeur sur le terrain.Un bon film sur Bulger aurait dû soulever les vraies questions. Il appartenait donc au réalisateur qui prétendait faire un film sur lui de les poser dans son film, voir à prendre position comme a su le faire un Oliver Stone dans son "JFK" : comment Bulger a-t-il pu servir les intérêts du FBI si longtemps sans être inquiété ? De quelles protections supérieures bénéficiait-il ? Comment a-t-il pu ensuite pendant si longtemps "être en cavale" en vivant confortablement sans être arrêté alors qu'il continuait de résider aux USA, pays ou dès que l'on sort de chez soi, on est filmé en moyenne 30 fois par jour par des caméras de surveillance (statistiques officielles) et écouté à chaque instant par la NSA ? Comment le gangster N°1 sur la liste des criminels les plus recherchés par le FBI a t'il fait pour s'évanouir dans la nature pendant des dizaines d'années ? Un chapeau et une fausse moustache ?! N'était-il pas devenu plutôt un simple agent dormant de la CIA que l'on « oublie et préserve » à toute fin utile ? Tout simplement, Bulger, produit de MKULTRA n'était-il pas en fin de compte, un agent actif de la CIA chargé dans les années 70 d'infiltrer puis de contrôler le grand banditisme pour servir les intérêts de la CIA ? Rappelons que d'autres agents de la CIA à la même époque infiltraient les réseaux mafieux de la drogue en Colombie et au Mexique, pour mieux les manipuler, afin de contrôler les Etat (comme ce fut aussi le cas en Afghanistan premier producteur de pavot et donc d’héroïne, la production étant indirectement contrôlée par la CIA au travers de certaines tribus mafieuses de Talibans et de Pachtounes).Avant même la naissance de la CIA, le FBI utilisait la mafia américaine pour servir les intérêts gouvernementaux. C'est ainsi que de nombreux gangsters italo-américains ne furent jamais inquiétés dans les années 50 sur le sol américain pour avoir rendus des services par le biais de leurs "familles" restées au pays, qui ont à la fin de la seconde guerre mondiale, ouvert la voie aux Marines lors du débarquement en Sicile.Cette utilisation faite de Whitey expliquerait aussi que le grand frère de Bulger qui était Sénateur à cette époque n'ait pas vu sa carrière entravée par son petit frère, pourtant un des criminels les plus violents de sa génération. En définitive, les deux frères ne servaient-ils pas le même employeur, le gouvernement US, mais l'un à la lumière et l'autre dans l'ombre ?...Enfin la capacité de tuer froidement et la propension à le faire en toute impunité de Bulger n'était-elle pas liée à son conditionnement reçu lors de sa reprogrammation MKULTRA ? Ses ordres ne lui étaient-ils pas dictés par téléphone par ses supérieurs ?... Autant de brûlots que le réalisateur prend bien soin d'éviter tout en chargeant le travail "d'une chèvre" au sein du FBI. Pour s'éloigner autant du vrai sujet, on est en droit de se demander si en définitive le réalisateur n'a pas été mandaté pour étouffer toute rumeur et réduite l'histoire de Bulger à celle d'un truand violent ayant bénéficié d'une modeste complicité d'un minable policier ambitieux au sein du FBI ... Tout le personnage de Bulger repose sur sa formation criminelle, et tout l'intérêt d'un film sur lui aussi ! Jusqu'à quel point sa bande n'a-t-elle pas été en partie recrutée par la CIA ? Comme la CIA le fit en recrutant des criminels anticastristes, d'abord envoyés à la Baie des Cochons puis réutilisés lors du complot Kennedy... Le sujet de la CIA, de MKULTRA et ses agents actifs ou dormants restera donc dans l'attente d'un remake honnête de la vie de Bulger...En poussant plus loin, plutôt que de finir le film uniquement par des images du bandit, le réalisateur s'il avait traité le vrai sujet aurait pu faire un film politique engagé à la Costa Gavras, quitte à pousser le bouchon plus loin en posant d'autres questions avec des images du terrorisme d'aujourd'hui par exemple. Générique de fin avec une succession de photos de Paris prises lors des attentats de novembre par exemple (pour lesquels personnellement j'ai du mal à croire totalement à la version officielle ou l'on nous montre un tâcheron de 21 ans cantonné à des opérations de fossoyeurs de cadavres en Syrie comme instigateur de multiples attentats complexes coordonnés à la minute près). Par contre, qui forme là-bas les terroristes et comment se fait la sélection des suicidaires ? Par volontariat nous dit-on puis par un étroit encadrement et un conditionnement mental. Sur place, on sait que les djihadistes sont drogués au Captagon et aux psychotropes. Ne retrouve-t-on pas le programme MKULTRA dans sa forme ? Qui finance et enseigne ces vieilles techniques sur place et à qui profite les crimes ?..... Je vous laisse le soin de répondre (Voir opérations Gladio et opérations sous faux drapeau pour les plus curieux).Le réalisateur est donc passé à côté de l'histoire et son film avec. Stanley Kubrick, réalisateur libre et indépendant, aurait su faire d'un tel brûlot un film de premier plan (le projet MKULTRA est évoqué dans son film "Orange Mécanique"), mais les grands réalisateurs sont morts et Hollywood avec... Depp vaut 5 étoiles dans un film qui n’en vaut, en définitive, pas deux. Culturovore ( FR ) on Sun 13th Mar, 2016

★★★★ [ Translate ] L'interprétation Décapante De Johnny Depp Est Effrayante "Black mass"(2015) est un film policier qui vaut surtout pour son interprète principal.J'ai adoré retrouver Depp en grande forme comme au bon vieux temps de ces 1ers rôles chez son pote Tim Burton. Totalement habité par son personnage, il donne le meilleur de lui-même. On y croit dur comme fer et ça fait un bien fou.Le film a souvent été comparé à "Goodfellas"(1990) de Martin Scorsese. Je trouve que le rythme est plus lent dans "Black mass". Celui-ci prend son temps pour développer ses principaux protagonistes et les terribles relations qui les unissent ou les éloignent. Par contre, de ce point de vue là, l'apparition de Benedict Cumberbatch semble bien courte. En effet, certains des seconds rôles manquent de profondeur et ne font que traverser l'écran pour mieux disparaître à nouveau.Par moments aussi, les enjeux semblent bien minces comparés à l'ampleur de cette histoire vraie. On aurait pu en tirer un film plus ambitieux et sûrement plus rigoureux. Malgré tout ces réserves, j'ai vraiment adoré l'ensemble.Je vous conseille vivement "Black mass". Venez admirer le travail impressionnant de Johnny Depp. Excellente séance à tous et toutes. Ada Leema ( FR ) on Tue 8th Mar, 2016

Read more reviews »

Sponsored Items

Strictly Criminal Combo Blu-ray + DVD - Eacutedition boicirctier SteelBook

* Reviews last refreshed on 2016-Jul-12 *

Ratings table is based on all reviews held in our database (compiled from multiple sources), and may vary from individual sites.